Des bikers dans les Monts d'Arrée

Les 7 et 8 septembre dernier s’est déroulée la 21e édition des Roc’h des Monts d’Arrée. Celle-ci a rassemblé 5800 vététistes et mobilisé 500 bénévoles.

Et parmi ces 5800 vététistes, 9 « Ultra Roc’heurs Liffréens », dont 7 Bikers de la Forêt, se sont « acharnés pour leur plus grand plaisir » sur les 200km et 4000m de dénivelé programmés sur les 2 jours.

Le CCL était présent en force puisque sur les 2 jours, au moins 5 autres participants dont 4 Bikers de la Forêt avaient fait le déplacement pour gouter aux plaisirs, non moins exigeants, des différents autres parcours des Roc’h, allant de 20 à 100km en passant par le ludique Roc’h & Bosses.

Cette forte représentation liffréenne nous a valu un magnifique trophée, celui du 4e club breton le mieux représenté.

 

C’est dès vendredi soir que les Bikers Ultra Roc’heurs sont arrivés à Huelgoat. Après avoir retiré nos dossards et pris une dernière boisson énergisante, survitaminée et riche en sels (Leffe je crois), nous nous sommes retrouvés autour d’un généreux et succulent plat de pâtes (1,5 kg pour 10, bon c’était un peu trop finalement). Petit crachin et fraicheur typique du coin ont enveloppés notre nuit, nous étions bien dans nos duvets ! Mais 6:15, les portables vibrent, il faut se lever, notre départ est programmé à 7:40. Le temps de prendre un bon p’tit déj, de boucler les sacs à confier au transporteur pour le samedi soir, et de rejoindre le départ, le jour s’était levé et nous prenions le départ sous le soleil (typique du coin aussi ;-)).

C’était parti pour une journée de pur VTT dans la lande, les bois, les chemins, à grimper puis redescendre les Roc’h truc et les Menez machin (c’est comme cela qu’ils appellent leurs montagnes là-bas). Tout cela ponctué tous les 20km de ravitos achalandés de sucré et salé, et animés par des bénévoles toujours dynamiques et enjoués. Bref, que du bonheur même si ça « piquait » parfois tellement les pourcentages sont « sérieux » dans le coin là-bas !

Nous sommes passés par le Menez Du, le Roc’h Cléguer, le Menez Mikel, la forêt de Cranou, pour parvenir au Faou, tout au fond de la rade de Brest et à l’embouchure de la rivière du même nom, où nous attendait le 3e ravito, celui qui nous a fait office déjeuner. Cadre magnifique et parcours le long de cet estuaire pour reprendre notre périple vers l’embouchure de l’Aulne au niveau du pont de Terenez. Le pont de Térénez, magnifique pont à haubans en courbe, est un élément essentiel de désenclavement de la presqu'île de Crozon, évitant un détour de 47 km via Châteaulin. Ne nous restait plus qu’une vingtaine de km (plus durs que les 20 premiers bizarrement) à travers la presqu’ile de Crozon pour parvenir au fond de la baie de Douarnenez, et terminer ce beau parcours par le 105km (eh oui, nous avons eu droit à 5% supplémentaire gratuit) sur la plage de Telgruc sur Mer. Juste magnifique, du pur bonheur à cet instant. C’est dans une fourchette de 6h57 à 7h59 que nous avons bouclé cette première journée, nous classant de la 87e à la 242e place sur les quelques 600 participants (dont seulement 12 féminines, soit 2%) à cet Ultra-Roc’h.

Ca méritait bien la bonne bière du finisher J1, la bière locale de Terenez.

Quelques uns d’entre nous n’ont pas résisté à l’appel de la grande bleue pour un bain fort agréable et du meilleur effet pour les muscles.

Soirée au camping dont on ne citera pas le nom, il n’avait visiblement pas mesuré l’appétit d’un Ultra-Roc’heur.

C’est avant le lever du soleil que nous nous sommes levés et avons pris un bon p’tit déj le dimanche, et ce fut une bonne idée car nous attendait sur la ligne de départ, à 7h30, un magnifique lever de soleil qui nous a accompagné sur nos premiers km, sur le sentier côtier, avant de nous diriger (et nous élever, encore !) jusqu’au sommet du Menez-Hom (330 m) pour le ravito 1 du jour. De là, nous embrassions du regard toute la baie de Douarnenez à l’ouest, et la vallée de l’Aulne à l’est, à une heure où la lumière est encore magnifique et où tous les bancs de brumes matinaux n’étaient pas encore dissipés. Nous en avions plein les yeux ! Et nous voilà repartis vers le ravito 2 à Châteaulin, puis le ravito 3 à Loperec, après lequel nous attendaient encore quelques belles patates. Au ravito 4, nous rejoignions les roc’heurs du 100km. Du coup, la densité du trafic nous rappelait la route des vacances. Il nous restait encore à vaincre le Menez Kador et le Roc’h Trévezel, tous 2 culminant à 384 m (mais ils nous ont fait redescendre entre les deux, sinon c’est pas drôle). De là, cool, 15km en profil descendant (et oui Huelgoat n’est qu’à 175 m), sauf bien sûr en guise de digestif, l’impasse Parc Ar Rouzic à Huelgoat, 150 m seulement pour nous élever de 25 m et rejoindre le village des Roc’h et l’arche d’arrivée. Quel bonheur de recevoir son tee-shirt de finisher (même si le orange ne plait pas à Jérôme). Plus de dénivelé en cette 2e journée (~1900m le samedi et ~2100m le dimanche), il nous a donc fallu entre 7h11 et 9h23 pour boucler ce parcours, nous classant de la 44e à la 381e place.

 

Super, tout le monde a bouclé et donné le meilleur de lui-même sur cet Ultra-Roc’h, BRAVO.

 

Christophe

 
 

les bikers de la forêt liffré Les Roc'h des Monts d'Aeeés

Commentaires (1)

MARTIN
  • 1. MARTIN | 21/09/2019
Récit très sympa qui me donnerait presque envie d'y aller (dans mes rêves !!)
Bravo aux randonneurs !
Vous devez être connecté pour poster un commentaire